Comment concilier hypersensibilité et vie pro ?

Touchant une personne sur cinq, l’hypersensibilité est un problème peu reconnu et sous-estimé dans le monde du travail. On vous explique aujourd’hui les actions à mettre en place pour faciliter la vie de vos collaborateurs concernés mais aussi vous donner les clés afin de réconcilier hypersensibilité (et ultrasensibilité) et vie professionnelle.

Une personne hypersensible, comme son nom l’indique, est une personne à forte sensibilité. L’hypersensibilité, en psychologie, se définit comme une sensibilité plus haute que la moyenne, qui peut être vécue avec difficulté, plus ou moins forte, selon les personnes. Elle peut être perçue par les gens qui l'entourent comme “exagéré” voir “extrême”.

Le quotidien d’un hypersensible en entreprise

Imi Lo, dans son œuvre “Hypersensible et heureux - votre Extrême sensibilité est une Force” explique la difficulté du quotidien des personnes hautement sensibles en entreprise. Nous expliquant dès la première phrase de sa préface que “Cela fait des années que les personnes qui s'identifient comme “hautement sensibles” demandent de l’aide pour faire face aux problèmes auxquels elles sont confrontées dans leur vie professionnelle.”

Ce problème concerne 20% de la population, on parle là de personnes qui vivent tout différemment, et ce dans chaque action qui rythme leur quotidien en entreprise. Il va être, durant toute sa vie en entreprise, perçu différemment.

Un impact fort sur la carrière

Imi Lo, psychothérapeute clinique qualifiée, va définir, concernant le travail exercés par des personnes hypersensibles, trois catégories : “le “travail pénible” ; le “travail acceptable” et le “travail passion” qu’elle va décrire comme trois visages. Les trois types varient en fonction de la vocation des personnes hypersensibles, c'est-à-dire des sentiments émotionnels qu’on lui porte, “lorsqu’on exerce un travail passion, on se sent grand, comme baigné de soleil.” Il faut pour que l’être hypersensible accède à ce travail passion qu’il fasse confiance à son “intuition et à ses talents”.

Les passionnés hypersensibles peuvent vite devenir, s' ils exercent un travail passion, les "chouchous des entreprises”. Les entreprises aiment les personnes passionnées, car une personne passionnée, c’est une personne qui fait du bon travail. C’est de par sa volonté et son enthousiasme qu’elle se différencie, devenant pour la plupart un “exemple” à suivre.

Cependant, pour ceux qui n’y trouvent aucun plaisir, cela peut vite devenir pesant, entraînant un fort mal-être. Les hypersensibles ont un risque plus élevé que les autres collaborateurs de souffrir d’un burn-out.

Les ultrasensibles

Charlotte Wills, psychopraticienne et coach certifiée, spécialiste dans l’accompagnement des personnes hypersensibles est elle-même ultrasensible, explique que  “les ultrasensibles sont des hypersensibles qui sont également hyper empathiques.” Ils font ainsi, en plus du problème de l’hypersensibilité, face à celui de l’empathie, donc le fait “d'absorber sans le vouloir” les émotions des autres. Elle nous dit que “Les personnes ultrasensibles éprouvent souvent la sensation de ne pas être adaptées à ce monde”. Pour mieux comprendre cela, elle pose ce problème par l’association de quatre caractéristiques :

  • L’émotionnel, qui dégage une réactivité et sensibilité bien plus hautes que pour la majorité.
  • Le sensoriel, qui décrit une hyperstimulation de nos sens sans aucun filtre, ce qui peut engendrer des conflits plus fréquents.
  • L’intuitif, ou le sentimental passe en premier plan, on s’exprime alors avec le cœur directement. Ce qui peut faire ressentir très rapidement les évènements.
  • Le cognitif, une connexions instantanées et multiples des neurones.  

On comprend ainsi pourquoi ces personnes sont plus sujettes au burn-out. Car être hypersensible (ou ultrasensible) c’est être plus propice à être affecté par le syndrome de l’imposteur, de par un manque de confiance en soi bien plus présent et fort.

Que faire face à ce “problème” ?

Il est alors important pour les collaborateurs et managers d’être plus à l’écoute, de valoriser et encourager (voire de rassurer) ces personnes, pour contrer le syndrome de l’imposteur qui peut se développer rapidement. Même si, bien souvent, les relations peuvent être plus difficiles car le moindre grain de sable peut devenir problématique et être sur-interprété, et, comme vu précédemment, les personnes hypersensibles peuvent avoir tendance à réagir de façon plus émotionnelle et intuitive.
De pouvoir prendre le temps, de se mettre ainsi à la place de l’hypersensible qui lui, peut moins prendre du recul sur la situation. Une personne à haute sensibilité essaiera de s’adapter aux autres, il est important que les collaborateurs remarquent cela et essayent d’en faire de même, c’est-à-dire de pouvoir s’adapter à la personne. Mais aussi de solutions directes telles que l’ouverture d’open space qui permet de libérer la communication avec les collaborateurs. Mais également, plus rare et pourtant indispensable, un lieu où s’isoler, qui est un besoin ressenti fréquemment.  

Pour conclure,

Les problèmes encourus par les hypersensibles sont à prendre en compte afin de permettre à tous une meilleure qualité de vie au travail. Souvent décrit comme un problème dans cet article, il est important de rappeler qu’il n’en est un seulement quand on ne se donne pas les moyens pour y faire face. Il est alors important de considérer les difficultés que les personnes touchées d’hypersensibilité, peuvent avoir à s'accommoder aux conditions de travail demandées. Ce sont des salariés extrêmement efficaces et créatifs lorsqu’on leur permet une certaine flexibilité. Charlotte Wills nous explique qu’il “est essentiel que les chefs d’entreprises et les managers avancent et mûrissent sur ce sujet.”

Inscrivez-vous à notre newsletter

Merci ! Votre inscription a bien été reçue !
Oups ! Une erreur s'est produite lors de l'inscription.

Essayer Klara dans votre entreprise

Augmentez votre expérience collaborateur dès aujourd'hui en déployant facilement notre solution